Paru tout d'abord aux éditions Rageot en 1983 et 1992, puis chez Hachette, "Le livre de poche", " Jeunesse", 2000 et 2001.

la_plus_grande_lettre_du_mondeL'histoire : Nicolas écrit à Chouc's. Il ne la connaît pas encore mais ce sera la femme qu'il aimera et qu'il épousera, plus tard. Il lui décrit sa vie, ses amis, la mort récente de sa grand-mère et tout ce qu'il pense et qui le tourmente.

Notre avis : est positif ! C'est un texte court et très bien écrit. Le style parvient à transmettre au lecteur les émotions du narrateur, ce qui est rare lorsqu'un auteur choisit de faire s'exprimer un enfant. Tout en restant simples, les phrases possèdent un rythme et une structure qui transportent.
Le choix de la forme, une lettre, est un risque car de nombreux auteurs ont précédé (et avec succès). L'originalité réside dans le choix d'un interlocuteur absent et encore irréel, qui fait de chaque lecteur, un auditeur privilégié.
La narration est plausible, ce qui est rare dans les longues lettres fictives qui ont tendance à introduire de longs dialogues qui changent alors le cadre narratif.
L'auteur (fictif) hésite, se corrige et nous livre son travail d'écriture en même tant que son récit de vie.
Seul regret : la division en chapitres, dont nous doutons de sa légitimité.
Bilan : on rit, on pleure ; on est transporté le tant d'une courte lecture dans un univers émotionnel intense. Un "coup de coeur" !

Mirabilia