Star_Wars_The_clone_warsLuke: "Vous avez fait la Guerre Noire?"
Obi-Wan: "Oui, autrefois j'étais un chevalier Jedi comme ton père..."

Quand j'entendais cette réplique en voyant Star Wars Un Nouvel Espoir pour la "1138e" fois, je brûlais de savoir, comme de nombreux fans, à quoi faisait allusion Ben en parlant de "Guerre Noire". Puis j'ai appris qu'il s'agissait en fait de "Guerre des clones", Clone Wars en anglais, mal traduit comme de nombreux noms dans la trilogie originale, à l'image de ces quelques perles -un peu de culture starwarsienne ne fait pas de mal- le Millenium Condor pour le Faucon Millenium, Chiquetaba pour Chewbacca, Z-6PO pour C-3PO...

Mais bref!!! Là n'est pas la question, que diantre!! Ce film traite donc de la Guerre des Clones, qui commence avec la bataille de Géonosis dans L'Episode II (pour plus d'informations, revoyez le film, je vais pas vous refaire l'historique en vous disant qu'il s'agit d'une machination fomentée par le Comte Dooku alias Dark Tyranus et Palpatine alias Dark Sidious, le premier ayant recruté le chasseur de primes Jango Fett pour en faire la souche d'une armée de Clones commandée aux cloneurs Kaminiiens par le second qui s'en servira pour les retourner contre les Jedi au moment de l'Ordre 66 afin de régner sur son nouvel Empire...).
Il faut savoir que j'attendais la sortie The Clone Wars depuis plus de 6 mois en suivant la production jour après jour (sur SWU) et que je connaissais à peu près tout les points forts et points faibles de la série. Mais pourtant, j'ai été atterr.. aterr.. atérr... anéanti en voyant ce film. Comprenons nous bien avant de rentrer dans le vif de la critique, pour moi les 6 films de la saga surpassent tout ce qui peut ou pourra se faire au cinéma, je suis un fan qui vous dira que si si, Jar Jar Binks est drôle, je consacre même ma 4e année à un mémoire sur l'épisode III.

Mais là, c'est proprement scandaleux. Dave Feloni, désigné pour réaliser cet opus, dispose de la meilleure société d'effets spéciaux au monde (ILM), du meilleur système de son (THX), et du meilleur matériau qui soit, Star Wars, et nous sort cette bouse. Déjà, pas de fanfare de la Twenthieth Century Fox, pas de texte défilant à l'intro, une voix off pourrie (je suis allez le voir en VF mais apparemment c'est pareil en VO) nous déballe en 20 seconde le rôle de tous les personnages et leur affiliation, la situation qui règne dans la galaxie et plus particulièrement sur la Bordure extérieure, et l'intrigue du film. Inutile de vous dire que 90% des gamins dans la salle n'ont rien dû piger.

Car oui, on sent bien que c'est pour les enfants. Un seul exemple suffira: dans une des (trop) nombreuses (et ennuyeuses, et mal faites par dessus le marché) scènes de bataille spatiale, Anakin, qui veut rejoindre un croiseur pour s'abriter du feu ennemi, s'écrie un truc du genre "il faut rejoindre ce croiseur Jedi!!" un croiseur Jedi! Ben oui, si on avait dit "croiseur" tout court ou "croiseur républicain", personne n'aurait rien compris. Mais pourquoi préciser!? Vous vous dites certainement que c'est du détail mais quand on vous rabbache pendant 1h30 des dialogues qui ne font que dire que les séparatistes=méchants et la république=gentils, on dirait la Maison de Mickey ou les Télétubbies...

L'histoire: mais là n'est pas le pire. En effet, l'histoire n'est guère palpatine... palpitante pardon; le fils de Jabba s'est fait enlevé (par les séparatistes mais ça il ne le sait pas), et les Jedi cherchent à le retrouver le plus vite possible pour s'attirer les faveurs du seigneur du crime dans l'effort de guerre...

Bon déjà, Jabba a un fils. Non. Impossible. Vous m'auriez demandé le personnage de la saga le plus improbable pour procréer j'aurais répondu cash Jabba. Et bingo! Ils l'ont fait!
Ensuite Anakin se voit attribuer une Padawan, nommée Asokah Tano, qui est son exact reflet en plus jeune, impétueuse, impatiente, têtue mais très douée (elle tient tête à 3 Magna-gardes et parviens même a échanger quelques coups de sabre-laser avec Assaj Ventress sans se faire tuer...). Elle apporte une certaine dynamique au duo Obi-Wan/Anakin mais devient très vite un personnage type, prévisible, sans réelle profondeur.
star_wars_the_clone_wars_2Et la profondeur, c'est ce qui manque cruellement au film, à tous les niveaux. Visuellement, le style est agréable mais on se rend vite compte que les extérieurs sont très vides, sans détail (alors qu'un star wars appelle normalement à de multiples revisionnages ne serait-ce que pour le fourmillement de détails visuels qui nous échappent), si bien qu'on se lasse assez vite de ne rien trouver où raccrocher ses yeux, mis à part sur les personnages bien trop souvent en gros plans et dont la stylisation "manga" est plus heureuse pour certains que pour d'autres (mention spéciale ratage à Yoda et Mace Windu, on dirait des cinématiques de prévisualisation dignes de Code Lyoko, dessin animé français très bon au demeurant vu son budget qui, lui, est restreint...).
Quant aux Clones, qui sont normalement au coeur du sujet, ils ne subissent aucune introspection, et semblent extrêmement vulnérables face à des droïdes pourtant malingres. Du coup, rien ne semblent véritablement les distinguer. Pourtant, l'existence d'êtres vivants créés uniquement pour combattre et dont l'espérance de vie est réduite de moitié (un clone qui semble 30 ans sur le champ de bataille n'a que 15 ans d'existence effective, croissance accélérée génétiquement pour aller plus vite au combat), cela devrait donner une véritable réfléxion sur ce que pensent les clones, sur le rôle des Jedi face à cette forme d'esclavage, leur conception de la Force et leur loyauté à une République de plus en plus permissive... Eh bien non. (Alors sur le sujet je vous conseille les excellents romans de Karen Traviss au fleuve noir intitulés "Republic Commando".)

Même la structure narrative est répétitive et ennuyeuse. Je vous la fais en gros, mais sans mentir:
bataille, attente des renforts, victoire, séparation des protagonistes,
bataille, attente des renforts, victoire, séparation des protagonistes,
bataille, attente des renforts, victoire, générique de fin. Waouh.
Comble du sacrilège, la musique n'est pas signée John Williams! Ce qui donne des reprises de son thème original semblant être toutes droites sorties d'un orgue Bontempi. Bon tant pis me dire-vous? Non! Pas quand le compositeur présent dont je ne veux même pas retenir le nom se permet de glisser un morceau techno à la Matrix dans une scène de combat qui demande la portée autrement plus épique d'un orchestre symphonique!! (la scène dont je parle est une bataille se déroulant à la verticale sur une falaise, au cas où vous voudriez vérifier combien c'est moche; il me semble même qu'on entend une rythmique de guitare éléctrique o_0).
Et puis si je vous dis qu'Obi-Wan sirote du thé, qu'Anakin se fait encore une fois latter par Dooku qui se bat pourtant comme une tanche, et que le Capitaine des clones a un nom de chien, ou de produit vaisselle au choix (Rex), je crois qu'on aura fait le tour de la médiocrité de la chose.
Le rôle de ce long métrage est d'introduire la série TV (dont la diffusion commencera en octobre aux Etats-Unis sur Cartoon Network) dont sont prévus environ 200 épisodes. Je n'aurai même pas envie d'en regarder un seul tant le mythe concernant cette guerre que tous attendaient comme épique a été saccagé dans les grandes salles.
Pourquoi George Lucas a-t-il permis ça? Pas pour l'argent, il est pété de thunes comme c'est pas permis. Pas par flemme de peaufiner le travail, c'est un ultra perfectionniste. L'âge peut-être? Mystère. Autant le dessin animé Clone Wars (et non The Clone Wars comme ici) de Gendy Tartakovsky était sans prétention mais une excellente surprise, autant ici c'est un effroyable gâchis. Pardonnez-moi cet ultime jeu de mots mais avec ces clones on nous prends pour des clowns.

Bilan: que dire de plus? Je croyais que ça laisserait un goût amer si le film était à ce point raté, mais finalement ça ne touche même pas le spectateur, tant on a l'impression de ne pas avoir vu du Star Wars, et du coup on l'oublie très vite.
Ce qui me rassure pour l'avenir de la licence, c'est qu'une série "live" (comprenez avec de vrais acteurs) est prévue pour 2011,2012 et qu'elle traitera une période autrement plus passionnante, celle de l'émergence de l'Empire entre les épisodes III e IV et qu'elle sera normalement beaucoup plus axée "adulte", espérons-le. Mais comme le dit Yoda, "toujours en mouvement est l'avenir".