L'école des loisirs, "Neuf", 1995.

tu_seras_un_homme_mon_neveuL'histoire : Henri s'ennuie et pense que la vie ne sert à rien. Pourtant, il n'est encore qu'un enfant. Lorsqu'il rend visite à son oncle Alfred, celui-ci lui confie que lui aussi avait le même sentiment. Il lui raconte alors son enfance, ses pires moments et ses horribles déceptions... avant de le rassurer : sa vie est devenu merveilleuse.

Notre avis : Le système d'énonciation est construit avec soin. Henri est le narrateur et Alfred son interlocuteur. Mais lorsqu'Alfred prend la parole, il devient un second narrateur. Cependant, nous ne perdons pas le cadre d'énonciation principal : Henri continue d'intervenir lors de brefs retours au présent.
L'histoire d'Alfred est drôle et complète. Henri comprend ainsi l'évolution de son oncle et la réception d'un texte est alors illustrée. En effet, Henri devient un auditeur comme nous sommes lecteur. Il s'identifie à son oncle lors du récit et rêve de vivre les mêmes aventures. Lorsqu'Alfred grandit, Henri en bénéficie. Et nous par la suite. L'écriture d'un texte, le système d'énonciation et de la réception sont ainsi apparents.
Bilan : un roman assez drôle dont la construction met en évidence le système de production d'un récit et de sa réception.

Mirabilia.