[Anastasia, absolutely, 1995], traduit de l'anglais par Agnès Desarthe, L'école des loisirs, "Maximax", 2002.

anastasia_avec_convictionL'histoire : Anastasia a un chien. Ce qui l'oblige à se lever très tôt, tous les matins, pour qu'il fasse ses besoins. En cours, les élèves s'interrogent sur les valeurs. Pour Anastasia, les réponses aux questions ne sont jamais évidentes, et encore moins lorsqu'elle se retrouve criminelle. Doit-elle se dénoncer ?

Notre avis : L'histoire est plaisante à lire et certaines scènes très drôles. Nous apprécions toujours (voir les articles précédents sur d'autres tomes du cycle) les fins de chapitres aux formes différentes. Ici, Anastasia répond aux sujets de son professeur. Ses talents d'écriture et son génie apparaissent (et donc ceux de l'auteur). Et même si le ressort de l'intrigue est très voire trop simple et évident, même si le dénouement est prévisible et même si certaines longueurs gênent parfois, le roman s'insère merveilleusement dans le cycle et reste divertissant. Nous prenons toujours plaisir à retrouver ces personnages attachants et leurs étranges, pourtant banales, péripéties.
Bilan : un épisode du cycle divertissant et plaisant.

Mirabilia.