Belin, "Charivari", novembre 2008.

la_nuit_comme_en_plein_jourL'histoire : Louis, ce matin, tu te réveilles et tu es invisible. Dur dur.

Notre avis : Non, la littérature pour la jeunesse n'est pas un secteur où s'exprime la sous-littérature et oui, l'innovation et la création peuvent apparaître. Bertrand Ferrier nous le prouve dans ce roman.
Comment qualifier cette nouvelle forme d'énonciation ? Il ne s'agit pas de dire "tu" au lecteur, ni de créer un roman où nous sommes le héros, il ne s'agit pas de focalisation interne ou externe. Alors qu'est-ce ? Sans aucun doute : une invention. Qu'il est heureux de ne pas parvenir à baptiser les formes de l'écriture ! ce qui montre ainsi une réelle création ! La forme de l'énonciation est donc spécifique : elle permet au lecteur de s'identifier au personnage, mais le mode d'écriture reste celui d'une focalisation externe - on ne nous demande pas notre avis et nous suivons les faits d'un point de vue extérieur.
L'auteur ne s'arrête pas là dans ses créations. Il insère aussi des cadres qui ressemblent à des appartés pour préciser des points ou s'arrêter sur une notion. Sous forme de nota bene ou de "points importants", comme dans les livres scolaires, documentaires, etc., la technique divertit et surprend.
Aussi, quelquefois, le narrateur - qui se nounoie - parle de nous - sans nous parler, puisqu'il parle au personnage grâce au "tu". Ainsi, on s'identifie aussi aux lecteurs ou aux lectrices.
Les autres personnages permettent aussi une identification, tant ils sont drôles et authentiques. Pour notre part, nous ressemblons fortement à la mère de Louis, qui boit plein de café, coupé à l'eau, le matin, mais pas plus, pour ne pas faire pipi toute la matinée.
L'écriture est donc très originale, inventive et, surtout, elle nous plaît. Car, en plus, l'humour et l'ironie sont sans cesse présents et la lecture est un vrai moment de plaisir.
Quant à l'histoire, elle repose sur une idée connue : l'invisibilité. Que faire si nous devenons invisible ? En profiter, s'enfermer, disparaître ou devenir la star la plus "visible" ? C'est la question que se pose Louis, et il passera par différentes phases.
Chaque étape du roman est précieuse. Expliquons-nous. Chaque scène est inédite, inattendue et l'écriture est toujours drôle - grâce à des jeux de mots bien trouvés. Et, en plus, chaque épisode incite à réflechir. En effet, comme peu d'auteurs y parviennent depuis Rabelais, l'auteur parvient à nous interroger, à titiller des points sensibles de notre réflexion, avec humour et tact. Il nous conduit même à relire son roman !
Par exemple, l'incipit accroche le lecteur. Mais le narrateur précise qu'il s'agit justement d'une technique pour nous capter. Audacieux et astucieux ! De nombreux passages comme celui-ci expliquent les différents comportements du lecteur, les multiples techniques d'écriture, etc., passages qui sont "invisibles", tant ils sont bien intégrés dans la narration.
Au final, on se laisse avoir par un narrateur et un personnage avec grand plaisir. On reste longtemps immobile à réflechir à tout ce qu'on vient de lire et... on en redemande.
Seul regret : la bande rouge, signature de la collection, qui orne le haut de la couverture.
Bilan : enfin un roman original et unique ! L'innovation littéraire envahit les pages et le lecteur prend plaisir à chaque instant.

Mirabilia.