Seuil Jeunesse, "Chapitre", 2008.

le_journal_de_ma_soeurL'histoire : Julie, la soeur de Patrice, meurt dans un accident. La famille est en deuil.

Notre avis : Les stéréotypes sont évités. Non, nous n'espérerons pas jusqu'à la fin que Julie survive. Ce procédé a habituellement pour objectif de nous faire pleurer et le pathos est ici évité. Non, le journal n'est pas retranscrit et n'est pas le support de l'intrigue comme c'est, si souvent, le cas. En revanche, l'auteur a objectivement décrit de possibles réactions de personnages et l'émotion vient, ou non, mais relève de la sensibilité personnelle et non d'une stratégie littéraire.
Patrice nous raconte son point de vue. La mort peut survenir lorsqu'on ne s'y attend pas et, dans ce roman, les réactions à un événement imprévisible, sont aussi imprévisibles. Comme dans la réalité et non comme doit-se-comporter-la-famille-en-deuil. Tous les clichés sont ainsi évincés.
Les retours en arrière sont nombreux mais n'ont pas pour objectif de remplir la narration. Ce sont davantage les pensées du personnage qui s'égarent.
Le récit est intime sans être voyeuriste et le dénouement réaliste sans être utopique.
Bilan : un récit qui évoque avec justesse et sans pathos le deuil d'une famille, à travers le regard original et tendre de Patrice. Un coup de coeur.

Mirabilia.