[S., 2006], traduit de l'italien par Hélène Dauniol-Remaud, Vertige Graphic, "Coconino press", 2006.

SL'histoire : S. est son père. S. a subi la guerre, avant. Il a aussi rencontré sa fiancée. S. a fait de la pêche, a roulé en voiture avec lui, a ri, a souffert. Son fils raconte. S

Notre avis : Cette bande dessinée capte le lecteur grâce à une organisation de la narration complexe et originale. Les époques se mélangent et le narrateur joue de ces allers-retours dans la chronologie de la vie de son père et de la sienne. Nous suivons ce récit, raconté comme une confidence, de manière aléatoire et sans orchestration de la cohérence (pourtant présente). Les émotions sont diverses et saisissent souvent sans que nous nous y attendions. Il peut sembler difficile, au début du récit, de comprendre les liens mais les révélations sont progressives. Ce procédé incite aussi à la relecture. La focalisation est interne, or différents points de vue sont échangés, grâce à ce passage dans le temps qui laisse percevoir de multiples voix, même si le narrateur reste le même, et grâce à l'intégration des pensées d'autres personnages. Ce récit autobiographique touche indéniablement. S
Le jeu sur les répétitions est très bien maîtrisé. Les clichés des stratégies sont évitées et, utilisées avec justesse, toutes les figures servent la narration et les dessins.
Le graphisme est délicat. Les aquarelles saisissent les expressions des personnages sans les caricaturer, les styles varient selon les passages, ce qui ajoute des tons différents aux phrases et fait varier le rythme de la lecture. Les dernières pages illustrent le génie du créateur mais nous ne révélerons rien. N'anticipez pas, gardez le suspense !
Ce roman graphique montre l'alliance parfaite des dessins et des mots.
Bilan : un roman graphique dont les dessins délicats, l'orchestration hachurée du récit et la justesse des phrases saisissent pour faire surgir les émotions du lecteur et l'inciter à la relecture.

Mirabilia