Delcourt, 2007.

il_y_avait_une_fois_couvL'histoire : Artémis est une fée qui s'ennuie un peu des traditions. Elle décide donc d'accorder au nouveau né, Aurore, le don de l'intelligence. Cette transgression des coutumes l'exclue du monde des fées.

Notre avis : Voici une bande dessinée qui prend tous les contes, les secoue, les malaxe et les ressort dans tous les sens pour créer cette histoire. Nous nous amusons donc à reconnaître les éléments des contes connus et nous étonnons des drôles de changements. Ainsi, Merlin est jeune, le loup qui mange habituellement le Chaperon Rouge est végétarien et l'héroïne devient tour à tour chacune des princesses des contes. Bref, du mélange, mais pas seulement. Car l'histoire est aussi novatrice : l'auteur ajoute des éléments nouveaux, créés spécialement pour l'occasion, et qui accorde à l'histoire un intérêt nécessaire. En effet, l'intrigue motive le lecteur à poursuivre sa lecture pour connaître la suite, et non seulement pour se réjouir des subversions. il_y_avait_une_fois_image
Les illustrations jouent aussi avec les codes. On retrouve les dispositions scéniques mises en place par le célèbre fixateur des imaginaires, un fameux Walt D., mais celles-ci servent pour une fois à la création. Toutefois, jamais nous ne sombrons dans la lecture d'une caricature ou d'une satire, là n'est pas l'enjeu.
Les couleurs s'opposent et les planches nous offrent de somptueux panoramas de coloris. Les vignettes ont toujours un ton dominant traduisant une atmosphère ce qui nous fait passer sans cesse, et avec plaisir, d'un lieu à un autre. Les traits sont inspirés de nombreux dessins animés et de bandes dessinées mais l'illustrateur apporte aussi sa touche personnelle en dotant ses personnages d'expression fortes, non caricaturées. Le jeu avec les mises en scène et les cadres est permanent, ce qui participe au dynamisme de l'histoire.
Bilan : une bande dessinée qui détourne les contes pour nous offrir une histoire dynamique et jouissive.

Mirabilia