[Die Stadt der Traümenden Bücher, 2004], illustrations de l'auteur, traduit par François Mathieu et Dominique Taffin-Jouhaud, Panama, 2006.

la_cit__des_livres_qui_r_ventL'histoire : Hildegunst Taillemythes, originaire de la Citadelle des Dragons, doit impérativement se rendre à Bouquinbourg. Il ne peut pas laisser sans honneur nigros_logo_Coup_de_coeur le testament de Dancelot, ni le plus précieux des manuscrits.

Notre avis : Présenté comme un authentique ouvrage de Zamonie, ce roman tente de s'inscrire dans le monde réel. Cette technique, pour capter l'attention du lecteur, fonctionne : dès les premières lignes, nous avons été accaparés.
Il est toujours risqué de créer un métalivre, de parler des textes, de littérature, d'essayer de définir ce qu'est un bon texte et d'innover dans ce registre. Pourtant, Walter Moers y est parvenu au delà de toutes les attentes possibles. Cet auteur de talent a créé un monde original, loin de tous les stéréotypes des précédents récits fantastiques. En plus, le récit est drôle, dynamique, intriguant, plein de suspense et il se dévore sans interruption. Si quelques longueurs peuvent lasser, elles sont immédiatement relayées par des événements surprenants et audacieux. L'intrigue est sans cesse relancée et le dénouement laisse sous le charme. Une seule envie à la dernière page : revenir à la première ! Quelle rareté ! Chaque phrase se savoure et les inventions sont hautement plaisantes : les livres deviennent des personnages et le monde décrit satisfera tous les amateurs de littérature. Quel plaisir pour les écrivains et les lecteurs de voir leurs souhaits exaucés !
Les illustrations apportent encore un peu plus d'originalité à l'œuvre, ce qui est enrichi en plus par les jeux de mises en page. Le livre devient véritablement œuvre. Seule remarque curieuse : l'auteur sous-entendrait-il que la gente féminine n'a pas sa place dans l'univers littéraire ?
Bilan : une véritable œuvre artistique, une extraordinaire création, un grand coup de cœur !

Mirabilia