[Gone, 2008], traduit par Julie Lafon, Pocket Jeunesse, 2009.

goneL'histoire : Soudainement, toutes les personnes de plus de 15 ans ont disparu. Du moins à l'intérieur de la zone. Et impossible d'en sortir puisqu'un mur infranchissable enferme ses occupants comme dans une bulle. Comment survivre ?

Notre avis : Ce roman de science fiction capte l'attention du lecteur dès le début et l'enchaînement rythmé des péripétie la maintient jusqu'à la fin. Les personnages, bien qu'un peu typés, sont vraisemblables et bien caractérisés, ce qui permet de créer un intérêt croissant grâce à la variation des personnalités. En plus, la focalisation change sans cesse, ajoutant ainsi drame et tension. En effet, nous suivons tantôt des personnages par focalisation internet à la troisième personne, tantôt par omniscience. Les scènes évoluent alors comme lors d'un enchaînement cinématographique et nous ne pouvons que saluer le talent de l'auteur qui sait jouer du suspense, des coups de théâtre et des rebondissements. L'intrigue est pleine de mystères, l'humour est présent et l'action, qui prime, n'est jamais une simple succession de faits puisque les pensées des personnages restent présentes. L'énigme livrée par ce roman charme jusqu'au dénouement qui, pourtant, déçoit.
En effet, nous aurions sans hésiter accordé un coup de cœur à ce roman si la fin avait su combler nos attentes. Au lieu de cela, l'auteur a choisi une forme de simplicité. Sans révéler les dernières pages, disons seulement que nous restés sur notre faim. Laisser l'ambivalence et l'incertitude ne nous semble pas un choix pertinent.
Bilan : un roman de science fiction très bien construit, dont le suspense est intense mais dont le dénouement nous a déçus.

Mirabilia