Seuil, « Karactère(s) », 2009.

silenceL’histoire : Le grand-père de Vincent est mort pendant la guerre. Un héros ? Vincent veut en savoir davantage.

Notre avis : Ce roman se différencie des autres romans racontant la Seconde Guerre mondiale. D’abord, l’époque est contemporaine de celle du lecteur et nous découvrons un passé toujours en lien avec le présent. Cela a l’intérêt d’éloigner la dimension fictive liée à une autre époque et d’ancrer l’histoire dans la possible réalité. Ensuite, nous côtoyons un héros adolescent réaliste. Ses réflexions peuvent être celles du lecteur et nous accédons à des questions d’héritage et de mémoire qui forment un trait d’union entre la fiction et la réalité. Enfin, ces choix servent l’écriture qui est fluide et agréable. Seul bémol : nous devinons trop rapidement (dès la quatrième de couverture) l’ensemble du roman. Mais, finalement, cela ne gâche en rien la lecture car le suspense n’est pas ce qui prime : ce sont davantage les questions soulevées et l’évolution des personnages qui forment l’intrigue.
Bilan : un roman qui aborde différemment une thématique connue.

Mirabilia