[The Invention of Hugo Cabret, 2007], traduit par Danièle Laruelle, Bayard Jeunesse, 2008.

L_invention_de_Hugo_CabretL'histoire : Hugo Cabret n'a plus de père et se retrouve vite à vivre seul. Il répare les gros_logo_Coup_de_coeurhorloges de la gare et vole pour se nourrir. Pendant son temps libre, il tente de réparer un automate trouvé par son père.

Notre avis : Quelle incroyable expérience visuelle, littéraire et artistique ! Nous vous conseillons très sincèrement ce roman illustré dont la lecture bouleverse et étonne intensément. Explications :
Brian Selzick nous offre un « roman illustré » : le terme n'est pas exact puisque les images n'accompagnent pas le récit mais sont le récit, à la manière des enchaînements présents dans la bande dessinée ou dans certains albums. L'image produit du sens par elle-même et la succession des doubles pages produit elle aussi un sens, amplifié par la dimension chronologique du passage du temps. Les illustrations sont sublimes et très travaillées : nous saisissons les émotions des personnages et décryptons les fonds riches en détails.
Quant à l'histoire narrée, elle est étonnante. Le récit d'énigme se mêle à l'histoire des personnages et nous sommes intéressés à la fois par la vie des personnages et par le mystère de l'automate. La deuxième partie surprend car nous n'avions pas saisi les indices. L'auteur sait manier le suspense dans le texte, dans la succession des images et dans le passage de l'un à l'autre. Un équilibre manié avec une grande dextérité.
En plus, nous avons aussi appris beaucoup sur le Paris d'antan, l'Histoire du cinéma et des machineries et sur la manière de raconter une histoire avec plusieurs arts.
Bilan : un récit en images et en mots où le mystère et le suspense dominent et où les enseignements sont variés. Un merveilleux objet qui honore les arts. Un coup de cœur !

Mirabilia