[The Body in the Basement, 1997], 1999, traduit (mais ce n'est pas écrit) par Claudine Vivier, Rageot, « Heure noire », 2008.

cadavre_au_sous_solL'histoire : La mère de Tasha a disparu il y a cinq ans. Aujourd'hui, son corps a été retrouvé dans l'ancien restaurant de ses parents. Son père est immédiatement soupçonné et Tasha décide de mener l'enquête pour l'innocenter.

Notre avis : Le titre de ce roman nous semblait très simpliste et nous pensions que ce roman ne serait pas très réussi mais nous nous étions trompés. En effet, l'intrigue policière est réussie.
D'abord, la construction de l'histoire est satisfaisante. Les indices sont bien répartis et se laissent décrypter dans trop révéler la clé du mystère ; les événement suivent une logique cohérente et le dénouement, moment de vérité, ne semble pas trop artificiel et bénéficie d'un rythme plus intense qui permet de capter jusqu'au bout l'attention du lecteur.
Ensuite, les personnages sont bien caractérisés. Bien qu'ils ne soient pas trop développés, ils présentent quelques facettes originales et le personnage principal, Tasha, permet d'une identification satisfaisante. En plus, l'héroïne n'attend pas le sauvetage d'un hypothétique héros, ce qui est plaisant. Certes, la relation entre Tasha et Mike est évidente, mais finalement sympathique puisque l'insistance est évitée.
Enfin, l'écriture est fluide. Quelques banalités interviennent pour combler des manques d'inspirations mais les tournures ne lassent pas trop.
En plus, l'auteur insère une description des jugements, des temps d'attente pour les suspects, des ressentis des innocents, etc., ce qui est assez rare et présenté ici avec justesse.
Note : pas sympa de ne pas noter le nom du traducteur ! Est-ce bien Claudine Vivier ?
Bilan : un roman policier qui fonctionne plutôt bien.

Mirabilia