Rouergue, « doAdo Noir », 2009.

un_petit_bout_d_enferL'histoire : Juliette fait toujours croire qu'elle a 16 ans. Cela fonctionne. Pour lui, 16 ans est le temps passé avec sa femme. gros_logo_Coup_de_coeur

Notre avis : Ce livre est très étonnant. Au début, nous suivons tour à tour la narratrice qui s'exprime à la première personne et le narrateur, à la troisième. Ce jeu de focalisations intrigue car nous n'avons pas toutes les clés pour faire connaissance avec les personnages et nous ne comprenons pas ce qui les unit.
Et puis le lien se tisse. L'auteur accentue encore le jeu sur les focalisations et les chronologies en découpant son récit en parties qui se différencient par leur mode de narration. Ainsi, grâce à toutes ces variations, nous captons les personnages dans leur entier (passé, désirs, intelligence, par exemple) et ce procédé les rend très vraisemblables. L'effet de réel est donc réussi et nous nous sommes naturellement identifiés à la jeune fille, dont la vie semble plus proche d'une banalité qui peut être familière.
L'histoire bascule alors pour devenir très sombre et trouver sa place dans la collection. La préparation a été utile : nous avons été totalement captivés par ce roman. La violence est décrite, les mots ne sont pas tus et nous saisissons très bien les situations. Il est étonnant de voir que l'auteur n'a pas refusé d'envisager l'esprit de l'homme, ce qui est souvent le cas dans ce type de récit. Il est si facile d'éviter un sujet à risque. Ici, l'auteur ose et réussit ! Se mettre dans la tête de l'homme est une expérience étonnante et intéressante. Toutefois, nous avons apprécié que la narration soit à la troisième personne, ce qui préserve un peu de mise à distance nécessaire.
Nous avons été tenus en haleine jusqu'à la dernière page, surprenante elle aussi et qui incite grandement à la réflexion.
Bilan : un coup de cœur pour ce roman audacieux, extrêmement bien construit et qui devrait être une référence du genre.

Mirabilia