Éditions Thierry Magnier, « Roman », 2008.

la_guerre_au_bout_du_couloirL'histoire : Momo doit changer son frère le plus rapidement possible ! Mais nulle trace de ses parents. Dans les rues d'Oran, les gens ont les bras levés comme des poulets et Momo ne trouve toujours pas de couche !

Notre avis : La guerre d'Algérie est une période rarement abordée dans les romans. Ici, le lecteur est plongé dans son récit dès les premières pages.
Puis, le narrateur, par de nombreuses analepses, nous raconte son passé de français parmi les « indigènes », rejetés par son père. Momo décrit tout ce qu'il voit, tait certaines scènes et nous livre un véritable regard d'enfant : il ne comprend pas tout, il constate ; il évoque des choses qui semblent anodines (mais que le lecteur peut décrypter) et il raconte ses souvenirs comme ils lui viennent sans se fier à un ordre d'importance ou de chronologie. Les petits récits s'enchainent pour former au final l'histoire de sa vie et retranscrire l'ambiance de cette époque et de ce pays en guerre.
La langue est soignée et les associations de mots souvent poétiques et imagées. L'auteur a su trouver la forme et les mots précis pour présenter avec talent une guerre souvent oubliée.
Bilan : un roman construit et écrit avec soin qui nous rappelle ce qu'était la guerre d'Algérie.

Mirabilia