[Beautiful creatures, 2010], traduit par Luc Rigoureau, Hachette Jeunesse, « Black Moon », 2010.

16_lunesL'histoire : Ethan n'en croit pas ses yeux. La fille à laquelle il ne cesse de rêver étrangement arrive dans son lycée. Pas de doute : entre deux, un lien s'est créé.

Notre avis : Ici, pas de vampire, mais nous retrouvons la fameuse histoire d'amour sur fond de fantastique.
Les clichés sont présents et la construction de l'histoire est elle aussi typique. Pourtant, l'écriture est un peu au-dessus des habituels romans du genre (sans exagération naturellement).
Le personnage principal est assez bien caractérisé même s'il est curieux qu'il ne s'étonne pas vraiment des phénomènes paranormaux. Quant à l'aimée, elle est moins niaise que celles d'autres romans mais ne brille pas non plus par de réelles qualités d'héroïne.
Les phénomènes paranormaux sont souvent originaux et c'est ce qui ajoute un peu d'intérêt à la lecture. Même si l'on retrouve les textes en latin, les livres dits sacrés, les méchants et les gentils, le principe d'évolution, l'influence sur le temps, etc., l'agencement des étrangetés et leur intervention dans l'histoire peut éveiller un petit intérêt.
Il est toutefois regrettable que les longueurs soient si présentes et que ce ne soit, en plus, que le premier tome d'une trilogie annoncée.
Bilan : pas pire que ses concurrents et peut-être même un peu mieux, ce roman ne plaira cependant qu'aux amateurs du genre.

Mirabilia