[J. C. Lattès, 2008], Livre de Poche, 2010.

CBTH_poche1L'histoire : Dahlia, attachée de presse dans une grosse boîte, cherche l'homme qu'elle aime et qui l'aime, lutte contre une collègue antipathique et tente de gérer ses conflits familiaux.

Notre avis : De la chick-lit française pure. Voici une version parisienne du Diable s'habille en Prada, l'humour en moins.
L'objectif est simple : satisfaire les lectrices de chick-lit. Et elles le seront ! L'ouvrage remplit en effet toutes les caractéristiques : coïncidences dignes de gags, filles antipathiques qui finissent évidemment mal, beau gosse qui fait rêver de happy end, etc. Bref, tout est là. Manque seulement l'humour, peut-être pour donner une version plus sérieuse au livre. Mais les qualités littéraires ne sont pas présentes par l'absence de jeux de mots, au contraire même. Du coup, l'histoire pleine de suspense garde l'intérêt du lecteur mais le petit plus est absent.
L'écriture se veut sérieuse : emploi du passé et focalisation externe en sont la preuve. En effet, on sort de la routine (présent et focalisation interne) des romans de chick-lit. Mais la distanciation de la troisième personne ne séduit pas et certaines constructions de paragraphes sont douteuses. Bien sûr, ce n'est pas grave, c'est un roman de chick-lit qui ne se lit pas pour ses qualités littéraires. Mais pourquoi faire semblant alors ? Autant assumer le genre à défaut d'innover brillamment.
D'un point de vue de l'intrigue, rien à dire, elle est prenante et divertissante.
Bilan : de la chick-lit supposée haut de gamme.

Mirabilia