L'école des loisirs, « Maximax », 2004.

Retour_en_AfriqueL'histoire : Oscar veut cette belle peluche en forme de girafe ! Oui mais elle coûte quinze euros et Oscar ne les a pas. L'histoire se terminera-t-elle bien ? C'est à l'auteur d'en décider.

Notre avis : Valérie Dayre joue habilement avec les formes du roman. Tout commence comme une histoire ordinaire, celle d'un pauvre enfant qui n'a pas d'argent et veut juste une petite peluche. Et puis un drame survient.
L'auteur interrompt alors son récit, s'adresse à son lecteur, commente son écriture, ses choix, ses envies et anticipe celles du lecteur.
Le jeu des formes donne encore plus de force au roman qui fait réfléchir, et par l'histoire, et par les commentaires sur l'histoire, et par les réflexions sur l'écriture.
Bilan : un roman audiacieux, une belle histoire, une intense réflexion.

Mirabilia