Grasset Jeunesse, « Lampe de poche », 2011.

L__t__moucheL'histoire : Elle le quitte. Les conséquences sont soudaines : Il a mal aux maxillaires.

Notre avis : Raconter une rupture n'est pas facile. Il faut trouver les mots justes pour décrire des émotions et captiver l'intérêt du lecteur. Or, rappeler à ce dernier des souffrances passées (ou présentes) peut ne pas être agréable. Pour capter l'attention, Bertrand Ferrier a trouvé des solutions ingénieuses : il tord la langue, joue avec les mots et la construction du récit, tout en usant des mots exacts pour raconter l'inénarrable (se faire plaquer).
Les chapitres, courts, font des bonds dans la temporalité et, pour se repérer, les nombres font une bonne indication. Ainsi, l'auteur crée un jeu de pistes des sentiments où le lecteur est invité à reconstruire la trame. Au fil des pages, les personnages que l'on ne connaît que peu, semblent s'épaissir et, aux dernières pages, nous avons eu la sensation d'être très proches de notre narrateur. Et même en parlant de tristesse, celui-ci est drôle.
En plus, un petit bonus est ajouté à la fin du livre.
Bilan : Un roman touchant, drôle et magnifiquement bien construit.

Mirabilia