Sarbacane, « eXprim’ », 2011.

Lorraine_Super_BolideL'histoire : Lorraine aimerait bien voir plus souvent son père, trop occupé par ses nombreuses occupations professionnelles. Pour lui échapper ou lui courir après, elle va à cent à l’heure.

Notre avis : Nous avions été très moyennement emportés par le précédent roman de l’auteur. Aussi, nous craignions un peu un style similaire et une construction bancale. Mais ce roman nous a davantage charmés.
D’abord, parce que l’héroïne est croustillante, envoûtante à souhait.
Ensuite, parce que les rebondissements sont nombreux. L’intrigue file, comme Lorraine, à mille à l’heure, mais les pauses sont aussi constantes : en effet, Lorraine prend le temps de penser sur chaque seconde vécue et l’effet de paradoxe temporel est captivant. Bien sûr, soit le lecteur est charmé par ce décalage, soit il s’ennuie. Nous, nous avons partagé le plaisir que prend Lorraine à décrypter les autres et le monde. Le loufoque s’ajoute aussi, pour donner encore plus de peps, de quoi étonner et séduire.
Enfin, parce que le style est maîtrisé. Les virgules prennent sens, les phrases percutent, les mots claquent. Humour et ironie sont omniprésents et le talent de l’auteur prend alors toute son ampleur.
Allez, une petite réplique de Lorraine (quand elle n’est pas très contente) pour la route jusqu’à votre librairie : « Valez pas mieux que des anus de poulpe. » Et pour ceux qui sont déjà fans de l’auteur, vous retrouverez même des petits clins d’œil au premier roman.
Bilan : un roman bien rock qui décoiffe et amuse.  

Mirabilia