L'école des loisirs, "Médium Club", 1999.

sombres_citrouillesL'histoire : les enfants trouvent un homme mort dans le potager. En cette période d'Halloween, les crimes et les mensonges sévissent. La vérité surgira-t-elle ?

Notre avis : Le roman est construit selon plusieurs parties et, dans chacune d'elle, les personnages se passent la parole. L'énonciation variant, le lecteur essaie de trouver des indices permettant le découvrir la vérité. Mais l'entreprise est ardue puisque les narrateurs s'enchaînent. Le changement de point de vue permet donc un angle large mais en même temps très restreint, subjectivité et limite obligent.
Nous ne savons pas identifier les indices puisque nous ignorons en quoi ils consistent. Nous ne savons pas ce que nous cherchons puisque nous ignorons ce qui est divulgué. Les éléments sont nombreux, certains se recoupent mais le lien manque. Le dénouement nous révèle toute la vérité : le lecteur attentif peut la deviner mais nous avons préféré nous laisser guider, tant l'intrigue est complexe.
L'auteur utilise tous les stratagèmes pour créer un roman à énigme réussi. Ainsi, les secrets sont répartis entre plusieurs personnages car c'est ce qui permet le trouble, la confusion et le masque de la vérité, qui, sans cela, serait trop apparent. Les indices sont suffisants pour le lecteur attentif mais sont floutés pour paraître inaperçus tout en étant remarquables. Le manque du début est comblé au dénouement par des explications. Bref, un roman à énigme dans les normes.
En plus, car il ne suffit pas de respecter les règles, l'auteur a innové en présentant une intrigue originale autour d'un crime pourtant commun. Aussi, quelques péripéties annexes viennent enrichir l'histoire : effet de réel, divertissement et intérêts pluriels sont ainsi garantis.
Bilan : Au final, un roman à enquête rondement bien mené qui nous captive durant la lecture et nous laisse sans voix au dénouement.

Mirabilia.