Albin Michel, 2010.

Une_forme_de_vieL’histoire : Dans la pile de courrier quotidienne, Amélie reçoit une lettre différente.

Notre avis
: A chaque rentrée littéraire, le « nouveau Nothomb » est attendu. Critiqué ou encensé par avance et par habitude, le roman retient toujours l’attention. Et celui-ci devrait faire encore plus parler de lui. Car, pour une fois, Amélie personnage devient Nothomb : un pas de plus de franchi. L’autofiction apparaît encore plus ouvertement et, en plus, Amélie parle de ses lecteurs. Les réactions sont déjà devinées, bannissements ou louanges. Cette fois, Amélie écrit au sujet de son courrier, si réputé.
Les lecteurs habituels retrouveront les thèmes chéris par l’auteur (boulimie, obésité, anorexie, écriture, questionnements, etc.) et se retrouveront même personnages involontaires. Il est certain que les lettres recto-verso évitant les erreurs montrées du doigt seront encore plus nombreuses ensuite.
Mais revenons à ce roman, cette histoire. En soi, finalement, l’histoire n’est pas si étonnante. C’est donc impossible ! Pour évoquer ce roman, il faut connaître l’auteur, ses romans, son histoire et le storytelling bien mis en place. Les fidèles seront donc ravis.
Avons-nous besoin de préciser que nous sommes toujours présents à la fin du mois d’août de chaque année ?
Bilan : un roman qui enchantera les lecteurs amateurs d’Amélie Nothomb.

Mirabilia